Sciences de la Vie et de la Terre
Découvrir et s'enrichir ...

CH3- Micro-organismes et risque infectieux

 
 
 
 
 
 
Nous savons que :
-  les micro-organismes (ou microbes) sont des êtres vivants microscopiques présents dans l’environnement. Ils nécessitent l’utilisation d’un microscope pour être observés.
 - Certains provoquent des maladies : on dit qu’ils sont pathogènes. En revanche beaucoup sont inoffensifs, voire-même utiles à l’homme et utilisés par lui (pour son alimentation notamment).
 
Problématique générale : comment des micro-organismes peuvent-ils conduire à une infection ?

I- La diversité des micro-organismes de notre environnement :
Activité 1 : quels sont les micro-organismes de notre environnement ?

 Bilan A1 :
Les micro-organismes sont présents en très grand nombre dans notre environnement proche. Couramment appelés « microbes », certains sont la cause de maladies plus ou moins graves (tels l’angine, la grippe, le tétanos, le sida, etc…) alors que d’autres sont très utiles (les bactéries intestinales ou celles de la peau ;  les bactéries lactiques du yaourt, les levures pour la fabrication du pain, certains champignons à l’équilibre avec des bactéries sur notre peau ou pour la fabrication des fromages…)
Les micro-organismes appartiennent à des groupes tels que :
Les bactéries
Les virus
Les protozoaires (paramécie, toxoplasme…)
Les champignons microscopiques
 
Les objets que nous touchons, l’air que nous respirons, les aliments et les boissons que nous consommons renferment des millions de ces micro-organismes.
 
(Ordres de grandeur : Virus 0,01µm /bactérie 1µm / Champignon 10µm/ Protozoaire 10 à 100µm)

A1- Les différents types de micro-organismes

II- La contamination par les micro-organismes et les barrières naturelles du corps :
Activité 2 : comment les micro-organismes pénètrent-ils dans notre organisme ?
 
Bilan A2 :
Notre peau et nos muqueuses constituent des barrières naturelles à l’entrée de micro-organismes pathogènes dans notre corps.
Elles-mêmes renferment de nombreux micro-organismes à l’état naturel (bactéries, champignons, virus), constituant ce que l’on appelle le microbiote (cutané, intestinal, etc.) qui sature le milieu de par sa seule présence :
- En rentrant en compétition avec les nutriments (empêchant à d’autres micro-organismes de se développer)
- En produisant certaines substances qui inhibent, tuent, emprisonnent ou acheminent hors de l’organisme les micro-organismes pathogènes (comme le sébum pour la peau / les larmes, la salive pour la muqueuse buccale, les sucs gastriques pour l’estomac/ le mucus pour la muqueuse respiratoire)
 
Lorsque les micro-organismes parviennent à traverser ces barrières, par exemple lors d’une blessure, on parle de contamination.
Les micro-organismes nocifs peuvent alors se transmettre d’un individu à un autre :
- soit directement par les éternuements, les rapports sexuels ou le sang ;
- soit indirectement par l’eau, les aliments ou les objets contaminés.

A propos des micro-organismes naturels de notre peau et de nos muqueuses : ils nous sont transmis par notre mère à l’accouchement et ne sont pas tout à fait identiques selon qu’il s’agisse d’un accouchement par voie basse ou par césarienne. Lors de notre vie, ils varient également en fonction de notre alimentation.

A2- barrières naturelles

 

Vidéo canope
conta.
au vibrio cholerae

III- Le devenir des micro-organismes : de la contamination à l’infection
Activité 3 : comment passe-t-on d’une contamination à une infection ? = Que se passe-t-il une fois que les micro-organismes pathogènes ont franchi une barrière naturelle ?
 
Bilan A3 :
Lors d’une contamination par un virus, celui-ci peut proliférer à l’intérieur des cellules, puis provoquer leur mort ce qui libère alors de nouveaux virus en grand nombre. Ils  recommencent ainsi de suite avec d’autres cellules : on parle d’infection virale.
Lors d’une contamination bactérienne, 2 cas sont possibles et peuvent conduire à une infection :
- Les bactéries prolifèrent au niveau de la zone contaminée et libèrent des substances chimiques
   appelées toxines (toxémie).
- Les bactéries prolifèrent par multiplication cellulaire et envahissent un lieu (ou plusieurs) particulier de l’organisme (une septicémie est l’envahissement du sang  par des bactéries).
 
Le développement de ces micro-organismes au sein de notre corps provoque l’apparition de différents symptômes : comme la fièvre, des douleurs, des courbatures, etc…
 
Cas particulier des I.S.T (Infections Sexuellement Transmissibles) : en doc.

A3- Infection

 

VIDEO INSERM
SIDA :
histoire et enjeux

Vidéo
Les IST
c'est quoi ?

Vidéo c'est pas sorcier
SIDA
: la lutte continue

Vidéo prévention ist
Laboratoires roche

IV-  Limiter les risques de contamination et d’infection
Activité 4 : comment limiter les risques de contamination et d’infection ?
Bilan A4 :
Certaines pratiques permettent d'éviter la contamination comme :
- Se laver les mains régulièrement pour ôter tout type de microbes et éviter la transmission
- Des méthodes d'asepsie (méthode préventive) en milieu hospitalier notamment
- L'utilisation de préservatif lors de rapports sexuels permettant la protection contre différentes IST
 
Quand les barrières naturelles ont été affectées (ex : une plaie), on pratique des mesures d'antisepsie (méthode curative).
 
En cas d'infection microbienne, des antibiotiques appropriés permettent d'éliminer les bactéries. Mais ils sont complètement inefficaces contre les virus.

A4- Asepsie, antisepsie