Sciences de la Vie et de la Terre
Découvrir et s'enrichir ...
Le système immunitaire 
 
 
 
 
 
 
Malgré les moyens de protection (barrières naturelles) et les moyens préventifs (asepsie), les micro-organismes réussissent parfois à contaminer et à infecter le corps humain. Que va faire ce dernier ? SE DEFENDRE !!! L’organisme réagit grâce à un système de défense que l’on appelle le système immunitaire.
Problématique générale : de quoi est composé notre système immunitaire et  comment fonctionne-t-il?
 
I-Cellules et organes du système immunitaire :
 
Activité 1 : quels sont les acteurs de notre système immunitaire ?
 
A- Différents types de cellules dans le  sang
 
Le sang est composé d’un liquide : le plasma, dans lequel sont suspendues des cellules spécialisées qui sont : 
 les globules rouges (ou hématies ou encore érythrocytes) 
 Les globules blancs (ou leucocytes
 Les plaquettes (qui sont des fragments de cellules)
Lors d’une infection, le taux de leucocytes dans le sang augmente : ces cellules interviennent dans la défense de notre corps.
Remarque : 
 Les hématies à elles seules représentent 43% du volume sanguin total. Le plasma : 55%, les globules blancs : 2% 
 Dans 1mm3 de sang, on trouve 5 000 000 de globules rouges, 6000 globules blancs, 200 000 plaquettes. 
 Le plasma contient beaucoup de protéines. Si on enlève les protéines du plasma, on obtient du sérum.
 
B-  Les organes du système immunitaire
 
Des organes fabriquent les cellules du système immunitaire : La moelle osseuse produit les cellules mères, qui donneront ensuite les différents types de cellules dans les différents organes lymphoïdes (rate, thymus, ganglions lymphatiques…).
 
BILAN 1 :
L’organisme réagit à la présence d’éléments étrangers grâce à un système de défense : le système immunitaire. Celui-ci comprend des organes comme les ganglions lymphatiques et des cellules, les globules blancs ou leucocytes. Il existe plusieurs sortes de leucocytes : les phagocytes et les lymphocytes.

Vidéo les bons profs
Immunité
et système immunitaire

 

Activité 1

 

Vidéo La phagocytose

II- Des réactions rapides : la réaction inflammatoire et la phagocytose

Activité 2 :la phagocytose, une réaction inflammatoire rapide … en quoi consiste-t-elle ?

Lorsque nous nous coupons, la blessure produite n’évolue pas toujours de la même manière. La plaie peut disparaître en quelques jours (cas 1) ou alors elle peut s’infecter (cas 2).
Quand les microbes franchissent les défenses externes, par une blessure, ils provoquent souvent une inflammation.
L’inflammation se traduit par 4 symptômes liés : Rougeur, chaleur, gonflement ou œdème et douleur.
Ces 4 symptômes sont dus à la dilatation des vaisseaux sanguins dans la zone de l’infection.

BILAN 2 :
Dès que des micro-organismes pénètrent dans l’organisme : la dilatation des vaisseaux facilite la sortie de plasma et de certains leucocytes : Les phagocytes. Ces derniers se dirigent vers le lieu de l’infection et attaquent systématiquement l’élément étranger. Ils le capturent puis  le digèrent, grâce à des enzymes digestives : c’est la phagocytose. Il s’agit d’une réaction immunitaire rapide.

Quelquefois, cette réponse ne suffit pas et elle est suivie d’autres réactions…

Activité 2

 

Logiciel défenses immunitaires

III- Des Réactions immunitaires lentes et spécifiques
Activité 3 : lymphocytes et réaction immunitaire lente

A- Le système immunitaire et les antigènes

Bilan 3 :
Des réactions plus lentes se mettent en place lorsque la phagocytose est insuffisante. Elles nécessitent la reconnaissance de l’élément étranger. Les antigènes  sont des molécules portées ou produites par les agents étrangers ou par le corps lui-même et reconnues comme différentes par l’organisme : ils induisent une réaction immunitaire.
La reconnaissance de ces antigènes déclenche l’activation et la multiplication des lymphocytes dans les ganglions lymphatique.

B- Les lymphocytes B : cellules productrices d’anticorps (AC)
 

Les Anticorps sont spécifiques et n’agissent que sur l’antigène qui est complémentaire.
Les lymphocytes B (LB) sécrètent dans le sang des anticorps , qui sont des protéines avec une forme définie, capables de se fixer sur les antigènes, neutralisant ainsi le micro-organisme et favorisant la phagocytose de l’ensemble.
Une personne séropositive pour un antigène possède dans son sang des anticorps contre cet antigène.
 
Lors d’un contact avec un antigène la quantité d’anticorps spécifiques augmente car les LB produisent des anticorps  en grande quantité. Lors du premier contact, des LB sont mis en mémoire, ainsi, lors d’un 2ème contact, les LB mis en réserve se multiplient rapidement et produisent en plus grande quantité les Anticorps.

Exemple : être séropositif au SIDA signifie avoir des Anticorps antivirus du SIDA dans le sérum. 

Les AC se fixent sur les AG, ce qui entraîne une immobilisation des AG et des agents étrangers qui sont les porteurs éventuels de ces AG. Les AC fixés peuvent ensuite activer la phagocytose afin d’éliminer les AG et les éléments étrangers associés.

C- Les lymphocytes T : des cellules tueuses.

Les lymphocytes T (LT)ne reconnaissent un AG que s’il est présenté par une cellule (AG présenté à la surface de la cellule). Ils se transforment en lymphocytes T tueurs qui détruisent par contact les cellules infectées : ils  perforent la membrane, détériorent ainsi le contenu cellulaire, ce qui provoque la mort des cellules. Les débris cellulaires sont ensuite phagocytés.
 
Chaque type de lymphocyte T tueur détecte spécifiquement un antigène.Les LT peuvent aussi être mis en mémoire lors de contacts successifs.

Les lymphocytes T tueurs peuvent ainsi détecter : 

  - Des cellules infectées par un virus 
  - Un phagocyte ayant absorbé et digéré un microbe 
  - Des cellules greffées provenant d’un donneur (avec des       molécules de surface différentes de celles du receveur) 
  - Des cellules cancéreuses…

Vidéo Bilan
P.
Douheret
Ac. Lyon

IV- Des défenses immunitaires stimulées ou perturbées :

Quel est le principe de la vaccination ?

Certains lymphocytes gardent en mémoire la rencontre avec un antigène, ce qui permet des réactions immunitaires plus rapides et plus efficaces lors de nouveaux contacts avec cet antigène. On parle de mémoire immunitaire.
La vaccination permet de déclencher la production de lymphocytes mémoires spécifiques d’un micro-organisme. Elle protège ainsi l’individu vacciné contre la maladie.

Les défenses immunitaires peuvent-elles être perturbées ?

Les allergies  sont des maladies non infectieuses provoquées par un contact direct de l’organisme avec des antigènes habituellement tolérés : les allergènes.
Chez certaines personnes, l’arrivée de ces allergènes dans l’organisme provoque une réaction immunitaire exagérée, à l’origine de la réaction allergique.
 
Le SIDA est une immunodéficience acquise provoquée par le virus VIH. Le virus détruit certains lymphocytes : les lymphocytes T4. Les réactions immunitaires sont alors amoindries et des maladies opportunistes se développent.

VIDEO INSERM
SIDA :
histoire et enjeux

 

Vidéo c'est pas sorcier
SIDA
: la lutte continue

Fiche d'objectifs et schéma bilan

Le cours

Vidéo Metchnikoff et la phagocytose

Vidéo
La réaction
inflammatoire

vidéo
Immunité
adaptative